00617 – À Anverse, devant le café de Marie Boulanger – années 1940

00617-000-000.jpg

Il s’agit de la maison de Marie Boulanger qui y tenait un café avant d’en ouvrir un aux Francillons : ”Aux sources de l’Yonne”.

Durant la guerre de 1939/1945, les bals étaient interdits, mais les gens se réunissaient fréquemment de manière clandestine.

De nombreux bals clandestins ont ainsi eu lieu dans ce café durant la guerre, les maquisards y venaient parfois, Germaine Boulanger se souvient très bien d’une mitraillette déposée près de la porte par ceux-ci.

Commentaires de Germaine Boulanger, épouse Bernard – août 2004.

Publicités

00684 – La ferme des Moines à Villarpourçon – début années 1920

00684_093_003.jpg

loupe.png

Personnes identifiées sur la photo (de gauche à droite et de haut en bas) :

1    Henriette Bondoux
2    François Boulanger
3    Henriette Bondoux
4
5    Henriette Dufraigne
6
7
8    Joséphine Bondoux
9    Françoise Dufraigne

II y avait un crochet en bois pour le panier pour égoutter le fromage frais près de la porte à droite.

00677 – Fontaine du “crapaud” au château des moines à Villarpourçon – 1919

00677_036_010.jpg

loupe.png

Au château des moines (baronne Cottu)

La fontaine s’appelait le crapaud, la mare est derrière les personnages.

Henriette Bondoux revenait du lavoir. Il y avait une ferme à côté du château.

On voit bien que les manches sont retroussées. Les tabliers de Joséphine et d’Henriette (à droite) sont mouillés.

On aperçoit aussi un seau en bois. C’était sûrement l’époque où on faisait la lessive avec un cuvier (on faisait bouillir des cendres, le jus, on le passait sur le linge).

On installait une toile très serrée (un sarré) sur une cuve (le cuvier), on mettait le linge dessus, et on passait plusieurs fois le jus des cendres (on le chauffait à chaque fois) ; on emmenait ensuite le linge au lavoir pour le rincer. Cela concernait surtout les draps, les torchons.

Il y en a qui se lavaient la tête avec ce jus de cendre, mais cela brûlait.

Personnes identifiées sur la photo (de gauche à droite) :

1 Joséphine Bondoux
2 Henriette Bondoux
3 André Amestone
(Enfant de l’assistance élevé par Henriette Bondoux. Il a été élevé par les grands parents de Germaine Boulanger épouse Bernard, comme commis de ferme et il a été cantonnier à Villarpourçon).

4
5
6
7 ? Graveau
(Fille du jardinier).
8 Henriette Bondoux
(Soeur d’Henriette Bondoux qu’on appelait Berthe (parce que son parain s’appelait Bert), elle, on l’appelait “iette”, diminutif).

Commentaires de Germaine Boulanger – août 2000