Le vieux Louis – dit « La couine »

Louis Martin, de Villechaise, dit « le vieux Louis » avait des boeufs fameux.

Il était par ailleurs surnommé « la couine ».

Divers témoignages convergent : Louis Martin aurait été surnommé ainsi à la suite d’une mésaventure.

Jeune – probablement enfant – il aurait voulu passer par une buse, dans un fossé, et se serait retrouvé coincé pour de bon.

Dans l’attente des secours qui mirent sans doute un certain temps à venir il aurait beaucoup « couiné »…

3 réflexions sur “Le vieux Louis – dit « La couine »

  1. Mr Suzeau, je suis moi-même originaire de la Nièvre et je m’intéresse à la culture de ma région.

    Je fais des recherches sur le couteau des galvachers afin de m’en procurer un, mais je n’ai comme adresse que l’armurerie James à Autun (qui le fait produire à Thiers). Je n’ai pas de contacts dans l’autunois, auriez-vous l’adresse d’un artisan du morvan qui produirait encore ce couteau lui-même?

  2. la « Couine  »

    sans doute le dernier des « galvachers »

    les agriculteurs, charretiers et éleveurs , principalement morvandiaux et en grande majorité de Nievre et de Saone et loire des la fin des années 1880 partaient environ 6 mois a pieds au printemps et revenaient traditionnelement en automne à la saint  » martin  » avec leur paire de boeufs ( parfois 2 PAIRES )

    des boeufs  » rouges  » de la race « barrée » dont il ne doit plus guère exister de spécimen a l’heure actuelle les derniers boeufs des  » galvacher étaient des SALERS

    les  » galvachers » pas trace du nom semble t il dans les dictionnaires récents sans doute  » gardien de vaches  » A VERIFIER se louaient avec leurs boeufs pour des travaux de force essentiellement le débardage du bois dans des forets a forte déclivité

    a l’aide de « siars  » chars longs
    les dernierds représentant de la galvache furent surtout actifs jusque dans les années 50
    en particulier dans le  » haut folin »

    victime des tracteurs et des nouvelle sources d’énergie la profession à disparu

    lorsqu’ile travailaient en groupe les galvachers encourageaient leur boeufs avec un chant patoisant appelé « le tiaulage  »

    nota :
    Certains vieux joueurs de vielle interprétaient enoore « la bourrée des galvachers  » la musique n’en a surement jamais été écrite ( tradition orale )

    chaque galvacher avait dans sa poche un couteau typique  » le galvacher  » qui outre une lame principale large et légèrement recourbée possédait un tire bouchon ET UNE ALENE poinçon qui servait beaucoup a percer les harnais

    ce fameux couteau est toujours commercialisé dans l’autunois

    « la couine  » devenu d’ailleurs sédentaire fut probablemen l’un des derniers galvachers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s