J’ai fait la guerre, j’ai dû tirer, mais je n’ai jamais visé un homme…

Dans sa compagnie, on l’appelait « le vieux Pierre ».

Pierre Duvernoy a fait sept ans et quarante cinq jours de guerre et de service militaire, il fut soldat, brancardier, tambour…

Il parlait du chemin des Dames, de Verdun, de Douaumont et des tranchées… dix huit mois sans coucher dans un lit…

01496-104-001.jpg

Il disait : « J’ai fait la guerre, j’ai dû tirer, mais je n’ai jamais visé un homme… ».
Il n’a jamais voulu de grades, il fut blessé…

Aimé et respecté de tous, il détesta la guerre toute sa vie.

 

Publicités

00993 – Les conscrits – 1932

00993_013_032.jpg

loupe.png

De gauche à droite et de haut en bas :

1 François Blanchot
2 Lucien Blanchot
3 Louis Duvernois – P’tit Louis
4 Pierre Duvernois – Le Panier
5 Étienne Doreau
6 Georges Doreau – Le Champorot – Anverse
7
8 Pled
9 Guy Bondoux
10 Henri Duvernois
11 Auguste Bondoux – Édouard
12 Lucien Marceau – Le Lulu

Pierre Duvernois tenait lieu de père à plusieurs orphelins de père de la guerre de 1914, dont Étienne Doreau.

C’est pour cela qu’il est présent à ses côtés pour la traditionnelle photo des conscrits (à sa droite Louis Duvernois, dit “p’tit Louis”, son fils, et à sa gauche, Étienne Doreau).

 

01497 – Citation à l’ordre de la brigade de Pierre Duvernoy – 1er avril 1919

loupe.png

Pierre Duvernoy, « Excellent soldat, courageux et dévoué entre tous ; a donné dans les opérations du mois d’août 1918 de beaux exemples de sang froid et d’énergie.

A été blessé le 23 avril 1915 au Bois d’Ailly, le 17 avril 1918 à Domfront et le 13 août 1918 à Bus. »

00054 – Carte de Pierre Doreau à son fils Étienne, âgé de 3 ans durant la guerre – 1914

00054-048-007-v.jpg

loupe.png

Mon cher petit Etienne

Je t’envoie cette carte en t’embrassant de tout mon coeur

Ton papa qui t’aime pour la vie

Il ne faut pas faire de sottise à ta maman, il faut être toujours bien gentil ainsi qu’avec ta marraine (?) et ton vieux pa.

— — —

Lettre de Pierre Doreau à la guerre, à son fils Étienne âgé de 3 ans.

C’est probablement le seul courrier qu’il aura envoyé à son fils, puisqu’il a été tué très vite.

Le recto est une carte postale de la Marne (destructions dans Suippes).

— — —

00054-048-007-r.jpg