« Les retrouvailles »

Sur cette page, vous pouvez – si vous avez vécu à Glux ou si vous y avez des attaches, ou simplement des souvenirs – vous adresser « aux gens de Glux », sous forme de message collectif de « retrouvailles »…

(Dans la zone de commentaires, ci-dessous…)

20 réflexions sur “« Les retrouvailles »

  1. Bonjour,
    Je me nomme Jean-Paul Gueugnot, je suis le fils d’Henri Gueugnot (Poil) et de Germaine Blanchot (Glux). Je vous remercie pour ce site qui m’a permis de voir une photo de ma mère à l’âge de 13 ans.cette photo est celle de la classe de Mme Cogny en1927. Je n’avais jamais vu de photo si jeune de ma mère. Encore une fois merci

  2. bonjour chantal
    avec toute mes excuses je me souviens pas de toi car je me souviens de guy bondoux la maison qu’il a vendu c’est au fourcroy

  3. Bonjour Dominique,

    Nous avons joué ensemble, pendant les vacances – Nous venions en vacances avec ma grand-mère Maria et Guy bondoux. Te souviens-tu de nous – Chantal et René (mon frère) – bonjour à Marie Florence.

  4. Site super intéressant

    Avez-vous des photos de l’avion anglais B24 tombé le 14 novembre 1944 à son bord 11 passagers tués dans le crash ?

    • Bonjour
      je suis intéressé par cet avion dont j’ai retrouvé quelques menus restes d’alu dans la forêt près de Glux
      Il n’est fait état de ce crash dans aucuns sites traitant des appareils abattus lors de la dernière guerre
      Si vous le désirez, contactez-moi : frelimex@wanadoo.fr
      cordialement
      jean luc

      • Bonjour,

        Voici une réponse détaillée de M. Jean Suzeau :

        L’avion en question était, sauf erreur, un Consolidated B 24 LIBERATOR, sorte de forteresse volante utilisée dans les armées anglaises et américaines.

        Il s’est écrasé le 14 NOV 1944 de NUIT au lieu dit, si mes souvenirs sont exacts, “a bou de Gamay” (les bois de Gamay, je ne sais plus si c’est sur la commune de GLUX ou de saint prix 71, c’est un promontoire boisé.

        L’avion n’a jamais été abattu, il s’agit sans doute d’une erreur de pilotage.

        IL était piloté par JEAN SCHNEIDER, héritier des aciéries DU CREUSOT, fils de Eugene 2 SCHNEIDER (1863–1942).
        Né en 1896, JEAN SCHNEIDER était un as de l’aviation dès la guerre de 14/18. Il était encore pilote militaire en 40/44, mais avait-il une grosse expérience sur cet APPAREIL ??? Qu’il utilisait semble-t-il a titre privé.

        Le vol ramenait d’Afrique du Nord (réfugié), outre lui-même, sa femme, née Francoise de CUREL apparentée aux DE WENDEL (aciéries) et 9 autres personnes dont, sans doute des apparentés, et un copilote.
        La destination était LE CREUSOT distant d’une trentaine de KM à vol d’oiseau du lieu de l’écrasement. Tous les passagers furent tués.

        L’avion a-t-il dépassé volontairement cette localité pour chercher un aérodrome (celui d’autun existait-il ?) ? Le pilote s’est incontestablement perdu pour heurter assez loin du sommet qui ne culmine pas à plus de 800 m ce promontoire, déjà très boisé à l’époque.

        Les gens de Glux et de Villechaise prévenus !!!!! par quoi ? se rendirent sur les lieux où furent identifiés les SCHNEIDER.

        Bien entendu, compte-tenu de la position sociale des victimes, durant longtemps les débris ont été fouillés dans l’espoir « déçu » de découvrir des trésors. Rappelons qu’il s’agissait d’un avion militaire.

        Le lieu exact de l’impact vieux de 70 ans est depuis déja longtemps difficile à restituer, recouvert de végétation.

        Jean Suzeau

  5. J’ai aimé parcourir ce site qui m’a rappelé des souvenirs d’enfance. J’y passais les vacances de 1955 à 1960 chez la grand’mère Dupart. Le grand père Dupart avait été bucheron avec mon arrière grand père, scieur de long à Antully (71).

    La grand mère Dupart a élevé de nombreux enfants de la DASS.

    Merci à tous ceux que j’ai connu, les Rousseaux, le louis, la famille Dupart ……..;

    • Je suis une arrière arrière petite fille de la grand-mère Dupard…
      C’est toujours avec beaucoup d’émotion que je retourne aux sources morvandelles. J’étais hier soir à Villechaise chez ma Grand-mère Dupard (La Lucienne). Amicalement. Aurélie Dupard

  6. mes ascendants côté doreau étaient :
    Lazare doreau/jeanne letourneur
    joseph doreau/lazarette duployée
    étienne doreau/lazarette bazot
    grégoire doreau/jeanne pauchard
    mes parents :
    étienne doreau (cousin d’étienne doreau de villechaise) et madeleine formont.
    mes ascendants côté pauchard étaient :
    yves pauchard/rabian louise
    claude pauchard/jeanne parize
    jean pauchard/anne rabian
    jean mary pauchard/pierrette andré
    claude pauchard/jeanne doridot
    jeanne pauchard/grégoire doreau
    mes parents :
    étienne doreau/madeleine formont
    j’aimerais si cela est possible remonter l’ascendance de pierrette andré,
    si quelqu’un peut m’aider, merci d’avance.

  7. Bonjour,

    Mon grand père etait Joseph Doreau, ce serait bien qu’il y ait quelques photos en plus, de classe, ect.
    Bien le bonjour au personnes de Villechaise, Glux, Saint-Prix.

    Doreau.Michel

  8. Maria Bouderlique vivait avec Guy Bondoux, qui avait 2 maisons à Villechaise – une des maisons a été vendue en 1979 ou 1980 (à des Parisiens, les parents de Monique et Philippe) je ne sais plus leur nom – et l’autre aux parents d’Alain Doreau, Etienne et Lucienne – cette maison a connu le feu malheureusement, par des locataires peu soucieux. Quel gâchis, je n’étais pas assez âgée à l’époque pour garder cette maison.

    Florence et Dominique ont été élevés par la vieille Jeanne Duvernoy. Et j’ai souvent joué avec eux lors de mes vacances (de 1965 à 1979) – Guy est malheureusement décédé en 1973 et plus rien n’a été comme avant.

    Mon dernier passage à Villechaise date de 1994 – j’ai pu revoir Antonin, qui avait vieilli depuis – nous avons même joué avec son vieux bandonéon – et joué aux cartes avec lui. J’habitais alors à Nanterre dans les Hauts de Seine et Antonin à Levallois. Je suis allée le voir chez lui d’ailleurs. Il a compté dans ma vie, ainsi qu’Alice sa femme. Mon frère René et moi les aimions beaucoup. Il y avait même leur chien « Sally » le coker marron. et surtout, le ricard au fond du puits d’Antonin !!! que de souvenirs.

    J’ai revu également Guiguitte (Marguerite) et Bebette (Elisabeth) Duvernoy avec qui nous allions mener les vaches au pré.

    Que de merveilleuses années.

    Bien à vous tous, amis de Villechaise – CHANTAL LOMBERA

    chantal.lombera@wanadoo.fr

    • Dominique et Marie-Florence ont bien été élevés à VILLECHAISE par Madame Jeanne DUPART et non par Madame Jeanne DUVERNOY .

      F.R

  9. Bonjour,

    L’idée des retrouvailles est excellente, mais, en fait, comment joindre « les retrouvés » qui ont changé peut-être de nom, mariages ou autres, et quelle génération ?

    Sans entrer dans l’inquisition un peu plus de détails, par exemple : qui est Chantal – la Grand-mère Maria et Florence ?

    D’autant plus difficiles à re-situer que les prénoms et noms de nos « anciens » étaient souvent les mêmes – et même à Villechaise, où tout le monde se connaissait, c’est dur – surtout si on connaissait les gens uniquement sous leur Sobriquet…

    En tout cas BRAVO POUR LE SITE et grand merci à ceux qui l’ont alimenté.

    C’est étonnant ! et voilà de quoi faire pâlir le méchant dicton selon lequel il ne  » viendrait du Morvan ni bonnes gens, ni bon vent » !…

    Si des retrouvés ou même des « égarés » veulent me joindre :

    suzeau.jean@wanadoo.fr

  10. Je suis très heureuse de revoir d’anciennes photos de Villechaise et de Glux en Glenne – et surtout d’avoir revu le nom de Marie Florence Lottin avec qui j’ai joué en étant jeune lorsque je venais en vacances à Villechaise avec ma famille (ma mère, mon père, mon frère et ma grand-mère Maria) que je serai heureuse de pouvoir correspondre avec elle.

    Merci encore

  11. Bonjour à tous les garçons et les filles de Glux et de Villechaise.

    Je suis une fille de Villechaise.

    C’est Pierre Duvernoy (« le Panier ») et sa femme Jeanne qui m’ont élevée, ainsi que mon frère Yves (« le Vivi ») et ma soeur Micheline.

    Bonjour à Ghislaine car j’ai bien connu ses grands-parents et surtout son papa (« le Charles »).

    Christiane Coutouly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s